• Le passage de la rivière

    Un jour entre autres, je jouais dans la chambre de ma mère avec Ursule et Hippolyte tandis qu’elle dessinait. Elle était tellement absorbée par son travail qu’elle ne nous entendait pas faire notre vacarme accoutumé.

    Nous avions trouvé un jeu qui passionnait nos imaginations. Il s’agissait de passer la rivière. La rivière était dessinée sur le carreau avec de la craie et faisait mille détours dans cette grande chambre. En certains endroits, elle était fort profonde, il fallait trouver l’endroit guéable et ne pas se tromper. Hippolyte s’était déjà noyé plusieurs fois, nous l’aidions à se retirer de grands trous où  il tombait toujours car il faisait le rôle du maladroit ou de l’homme ivre, et nageait  à sec sur le carreau en se débattant et en se lamentant…

    Nous arrivâmes, Ursule et moi; au bord de notre rivière, dans un endroit où l’herbe était fine et le sable doux.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Vera ~ Marjolein Bastin:
     
    Fables de mon jardin
     
    1. Les arbres nouveaux devisaient à mi-voix sous le hangar, en attendant qu’on les plantât.
    «Moi, disait un jeune cerisier, je fleuris toujours de bonne heure. Ce n’est pas pour me distinguer. Non, je vous assure : je suis la modestie même. Je fleuris de bonne heure parce que c’est une tradition dans ma noble famille. A vrai dire je fleuris de façon merveilleuse
    : un manchon neigeux qui va jusqu’à l’extrémité de mes branches. Quelle tenue des pétales!
    Et quel parfum! Et quand vient la défloraison, quelle pluie candide! Et quel tapis sur le sol
    , à mes pieds! Vous verrez: c’est un poème. Les fruits que nous donnons dans la famille
    sont renommés dans tout l’univers. Pensez, le bigarreau!
    Nous faisons le bigarreau blanc. Et vous, monsieur mon voisin?
     
    2. –Moi, répondit le voisin d’un ton revêche, moi, c’est la poire.
    –Vraiment, la poire! C’est très intéressant. Vous n’avez pas de
    noyau, paraît-il!

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • La fête foraine

     Partout s’étalait, se répandait, s’ébaudissait le peuple en vacances. C’était une de ces solennités sur lesquelles, pendant un long temps, comptent les saltimbanques, les faiseurs de tours, les montreurs d’animaux et les boutiquiers ambulants, pour compenser les mauvais temps de l’année…

    Pour moi, je ne manque jamais, en vrai Parisien, de passer la revue de toutes les baraques qui se pavanent à ces époques solennelles.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Il faut savoir tenir sa langue.

    Résultats de recherche d'images pour « petit rat dessin »

    1.  Un jour, Mimi Raton fut invité à dîner par Mme Fin-Museau.

    Quel bonheur, quelle joie, pour un petit rat campagnard d’aller dîner chez une belle dame de la ville !

    A tous ceux qui pouvaient l’entendre, il disait: " Je dîne ce soir chez Mme Fin-Museau! Je dîne ce soir chez Mme Fin-Museau!"

    Le soir venu, Mimi Raton se débarbouille, met son bel habit, frise sa moustache. Mme Raton lui fait un joli noeud de cravate et lui recommande de tenir sa langue. « Tu causes trop, Mimi, ce n’est pas du tout nécessaire d’aller raconter à tout le monde que tu vas dîner en ville; Mme Fin-Museau n’aime guère les bavards, tu sais bien.« 

    2. Mimi Raton se met en route. Il est si content qu’il oublie vite les recommandations de la bonne Mme Raton. Tout le long du chemin, voilà qu’il chante:

    "Je dîne en ville, je dîne en ville!"

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le Livre de la Jungle est un recueil de nouvelles de Rudyard Kipling (paru en 1894) dont chacune raconte une histoire qui se passe dans la jungle, forêt de l’Inde où vivent des animaux sauvages typiques du pays, ainsi que des hommes.

     

    La loi de la jungle

     

    1          Il était sept heures, par un soir très chaud, sur les collines de Seeonee. Père Loup s’éveilla de son somme journalier, se gratta, bâilla et détendit ses pattes l’une après l’autre pour dissiper la sensation de paresse qui en raidissait encore les extrémités. Mère Louve était étendue, son gros nez gris tombé parmi ses quatre petits qui se culbutaient en criant, et la lune luisait par l’ouverture de la caverne où ils vivaient tous.

       — Augrh ! dit Père Loup, il est temps de se remettre en chasse.

    Et il allait s’élancer vers le fond de la vallée, quand une petite ombre à queue touffue barra l’ouverture et jappa :

       — Bonne chance, ô chef des loups ! Bonne chance et fortes dents blanches aux nobles enfants. Puissent-ils n’oublier jamais en ce monde ceux qui ont faim !

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Une courte lecture tirée du manuel de lecture d'Aimé Souché, La lecture nouvelle et le français au Cours Élémentaire 2e année (1956) :

     

    Voici le printemps et les fleurs

     

      1. C’est le printemps : le soleil brille, les bourgeons éclatent, les feuilles paraissent, la forêt reverdit, les hirondelles retrouvent leur ancien nid.

      2. Dans les champs et les bois, s’épanouissent de mignonnes fleurettes aux doux parfums. Au bord des talus, les primevères dressent leurs clochettes jaunes. Dans le gazon, fleurissent les pâquerettes au cœur doré, et bientôt les marguerites forment dans la prairie un vaste jardin fleuri.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Cliquer sur la couverture pour parcourir des extraits de ce documentaire du siècle dernier.

     


    votre commentaire
  • Voir notamment :

    - Andersen

    Caputo

    - Cone Bryant

    - Grimm

    - Perrault

    - Macé

     

    Pour voir tous les auteurs listés : Auteurs.


    votre commentaire
  • Cliquez sur la couverture pour parcourir des extraits de ce petit documentaire de 1984.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires