• Mes élèves ont un bagage lexical absolument catastrophique, des mots comme mincir ou jaunir leur posent problème.  

     

    Les problèmes sont de plusieurs sortes : 

     

    - une méconnaissance totale du mot

    - l'incapacité de déduire le sens à partir du contexte, quand ils ne comprennent pas un mot, ils n'en tiennent juste pas compte et saute la phrase.

    - de grosses difficultés concernant la reconnaissance des familles de mots, avec une méconnaissance assez totale des affixes. Par exemple dans "jaunir", plus de la moitié de mes élèves n'ont pas fait le lien avec "jaune". :pale:

     

    J'ai donc mis en place  ..............................  

     

    Lire la suite sur le blog de :

    Remédiation en vocabulaire en CM2 (maîtresse patate)


    votre commentaire
  • Faut-il respecter la différence ou l'identité sous la différence ? 

     

     

    Pour poursuivre la réflexion : 

     

     


    votre commentaire
  • L'Oiseau et l'Enfant (Marie Myriam)

    source : musidora.

     

    Comme un enfant aux yeux de lumière
    Qui voit passer au loin les oiseaux, 
    Comme l'oiseau bleu survolant la Terre, 
    Vois comme le monde, le monde est beau.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Tu me grondes (Joël Sadeler)

    source : Tilekol

     

    Parce que j'ai les doigts

    De toutes les couleurs

    Noir-polar

    Ou jaune-sable des squares

    Parfois blanc-banquise

    Ou rouge-révolution

    Et même bleu-contusion

    Tu me grondes

    Et tu te trompes

     

    Mes doigts je les ai trempés

    Dans l'amitié

    Des mains

    Des enfants

    Du quartier

    Des enfants

    Du monde entier

     

    Joël Sadeler


    votre commentaire
  • J'ai frappé à ta porte

    J'ai frappé à ton cœur

    Pourquoi me repousser ?

    Ouvre-moi, mon frère.

     

    Pourquoi me demander

    L'épaisseur de mes lèvres

    La longueur de mon nez

    La couleur de ma peau

    Et le nom de mes dieux ?

    Ouvre-moi, mon frère.

     

    Pourquoi me demander

    Si je suis d'Afrique

    Si je suis d'Amérique

    Si je suis d'Asie

    Si je suis d'Europe ?

    Ouvre-moi, mon frère.

     

    Je ne suis pas un noir

    Je ne suis pas un rouge

    Je ne suis pas un blanc,

    Je ne suis pas un jaune.

    Ouvre-moi, mon frère.

     

    Je ne suis qu'un homme,

    L'homme de tous les cieux,

    L'homme de tous les temps,

    L'homme qui te ressemble :

    Ouvre-moi, mon frère.

     

    René Philombe


    votre commentaire
  • Sur une planète inconnue,
    un cosmonaute rencontra
    un étrange animal :
    il avait le poil ras,
    une tête trois fois cornue,
    trois yeux, trois pattes et trois bras !
    « Est-il vilain ! pensa le cosmonaute
    en s’approchant prudemment de son hôte.
    Son teint a la couleur d’une vieille échalote,
    son nez a l’air d’une carotte.
    Est-ce un ruminant ? Un rongeur ? »

    Soudain, une vive rougeur
    colora plus encor le visage tricorne.
    Une surprise sans bornes
    fit chavirer ses trois yeux.
    « Quoi! Rêvé-je ? dit-il. D’où nous vient, justes cieux,
    ce personnage si bizarre sans crier gare ?
    Il n’a que deux mains et deux pieds,
    il n’est pas tout à fait entier.
    Regardez comme il a l’air bête, il n’a que deux yeux dans la tête !
    Sans cornes, comme il a l’air sot ! »
    C’était du voyageur arrivé de la terre
    que parlait l’être planétaire.
    Se croyant seul parfait et digne du pinceau,
    il trouvait au Terrien un bien vilain museau.


    Nous croyons trop souvent que, seule, notre tête
    est de toutes la plus parfaite !

    Pierre Gamarra


    votre commentaire
  • Léopold Sédar Senghor (1906-2001)

    Léopold Sédar Senghor (1906-2001)

     

    Cher frère blanc,

    Quand je suis né, j'étais noir,

    Quand j'ai grandi, j'étais noir,

    Quand je suis au soleil, je suis noir,

    Quand je suis malade, je suis noir,

    Quand je mourrai, je serai noir.

    Tandis que toi, homme blanc,

    Quand tu es né, tu étais rose,

    Quand tu as grandi, tu étais blanc,

    Quand tu vas au soleil, tu es rouge,

    Quand tu as froid, tu es bleu,

    Quand tu as peur, tu es vert,

    Quand tu es malade, tu es jaune,

    Quand tu mourras, tu seras gris.

    Alors, de nous deux,

    Qui est l'homme de couleur ?

     

    Léopold Sédar Senghor

     

     

    source de l'image : http://www.au-senegal.com/leopold-sedar-senghor,006.html


    votre commentaire
  • Portrait de l’autre (Robert Gélis)

     

    L’Autre :

    Celui d’en face, ou d’à côté,

    Qui parle une autre langue

    Qui a une autre couleur,

    Et même une autre odeur

    Si on cherche bien…

     

     

    L’Autre :

    Celui qui ne porte pas l’uniforme

    Des bien-élevés,

    Ni les idées

    Des bien-pensants,

    Qui n’a pas peur d’avouer

    Qu’il a peur…

     

     

    L’Autre :

    Celui à qui tu ne donnerais pas trois sous

    Des-fois-qu’il-irait-les-boire,

    Celui qui ne lit pas les mêmes bibles,

    Qui n’apprend pas les mêmes refrains…

     

    L’Autre :

    N’est pas nécessairement menteur, hypocrite, vaniteux, égoïste, ambitieux, jaloux, lâche, cynique, grossier, sale, cruel…

    Puisque, pour Lui, l’AUTRE…

    C’est Toi.

     

     

    Robert Gélis

     

    source du texte : http://www21.ac-lyon.fr/etab/ien/loire/montbrison/IMG/pdf/poesiesEdCiv.pdf

    source de l'image : http://chouky39.centerblog.net/rub-animaux-reflet.html


    votre commentaire
  • La différence (Jean-Pierre Siméon)

    La différence (Jean-Pierre Siméon)

    La différence (Jean-Pierre Siméon) La différence (Jean-Pierre Siméon)La différence (Jean-Pierre Siméon)La différence (Jean-Pierre Siméon)

     

    Pour chacun 

    une bouche 

    deux yeux

    deux mains

    deux jambes

    Rien ne ressemble plus à un homme

    qu’un autre homme

     

    Alors entre la bouche qui blesse

    et la bouche qui console

    entre les yeux qui condamnent

    et les yeux qui éclairent

    entre les mains qui donnent

    et les mains qui dépouillent

    entre les pas sans trace

    et les pas qui nous guident

    où est la différence

    la mystérieuse différence ?

     

     

    Jean-Pierre Siméon

     

    source des images : http://www.educol.net/

     


    votre commentaire
  • Le globe (Nazim Hikmet)

     

    Offrons le globe aux enfants,

    Au moins pour une journée.

    Donnons-leur afin qu’ils en jouent comme d’un ballon multicolore

    Pour qu’ils jouent en chantant parmi les étoiles.

     

    Offrons le globe aux enfants,

    Donnons-leur comme une pomme énorme,

    Comme une boule de pain toute chaude,

    Qu’une journée au moins ils puissent manger à leur faim.

     

    Offrons le globe aux enfants,

    Qu’une journée au moins le globe apprenne la camaraderie,

    Les enfants prendront de nos mains le globe,

    Ils y planteront des arbres immortels.

     

    Nazim Hikmet

     

    source de l'image : forumprojeunesse


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires